spatika

spatika

Pierre de grossesse

        Parmi les amulettes lithiques, les anciens nous signalent une sorte de géode sonore, déjà fort réputée au siècle de Théophraste (qui mourut en 285 avant Jésus-Christ), qui  avait la vertu de procurer l'accouchement. Cette pierre portait le nom de pierre de l’aigle (du grec : aétite), parce que l'Aigle femelle l'emportait dans son nid pour faciliter l'éclosion de ses œufs. Au début de notre ère, on devait utiliser très fréquemment les

AÉTITES ou pierres d'Aigle pour favoriser la gestation et l'accouchement.

 

   

Le Peroxyde de fer trés abondants dans la nature se trouve soit hydraté, soit à l'état anhydre. Anhydre, il se présente en cristaux noirâtres, souvent gris d'acier, à surfaces fortement irisées : c'est le fer oligiste. Dans les terrains volcaniques on le trouve en lames hexagonales, d'un éclat très vif qui l'ont fait nommer fer spéculaire. On le trouve enfin en masses compactes dont la cassure est fibreuse, d'une couleur rouge foncé : c'est l'hématite rouge. A l'état hydraté, le peroxyde se nomme hématite brune et c'est le minerai de fer le plus commun en France. C'est cet oxyde hydraté qui forme les ocres jaunes et, à l'état anhydre, les ocres rouges qui constituent d'ailleurs un mélange d'oxyde de fer et d'argile en proportions variables. Fait important, ces oxydes ne sont jamais purs et renferment toujours de l'oxyde de manganèse, de la silice et de l'alumine ; on parle même de variétés terreuses qui constituent le fer limoneux et le fer des tourbières

 

 

     « Les aétites, en raison du nom qu'elles portent, ont une grande réputation. Il y en a toujours deux, l'une mâle, l'autre femelle ; et, sans elles, les espèces d'Aigles n'engendrent pas, c'est pour cette raison, qu'il n'y a jamais que deux petits. On en distingue quatre espèces : l'aétite d'Afrique petite, molle, renfermant dans son intérieur et pour ainsi dire dans son ventre une argile suave et blanche. Elle est friable, et on la regarde comme femelle. L'aétite mâle se trouve en Arabie, dure ou roussâtre et renferme dans son intérieur une pierre dure. La troisième appartient à l'île de Chypre ; ressemblant par la couleur à celle d'Afrique ; mais plus grosse et aplatie, tandis que les autres sont globuleuses. Tendre, au point de se laisser écraser sous les doigts, elle a, dans son intérieur, un sable agréable et de petites pierres. La quatrième blanche et ronde se rencontre dans les fleuves ; elle renferme une pierre nommée callimus, et qui est tout ce qu'il y a de plus tendre. Toutes les aétites attachées, aux femmes grosses ou aux femelles pleines, dans de la peau d'animaux sacrifiés, empêchent les avortements. Il faut les laisser tout le temps de la grossesse, jusqu'au moment de la parturition ; autrement il y aurait chute de la matrice ; mais si on ne les ôte à ce moment, l'enfantement ne se fait pas ».

      Au 2ème  siècle de notre ère, Dioscoride précise : « Liée au bras gauche, l'aétite fait porter l'enfant à terme, aux femmes qui sont en danger d'avorter, en raison de leur lubricité ou d'un relâchement de la matrice. Mais si elles sont en travail d'enfant, il faut l'ôter du bras et l'attacher sur la cuisse, elle supprimera les douleurs ».

      Marbode, évêque de Rennes au Xeme siècle, écrivait : « Comme la mère en soi porte un autre soi-même, cette pierre en son sein renferme une autre gemme » ;

      En 1874, dans le Vivarais, on utilisait encore la pierre des femmes en l'appliquant sur le ventre des parturientes. Sous le nom de pierre d'Aigle, les bergers du Gard, vers la même époque, conservaient des géodes ferrugineuses contenant un noyau mobile. En Italie, on les nomme pietra gravida ; la tradition y paraît encore très vivace en 1889. Le Professeur Bellucci avait recueilli une de ces amulettes dans la région de Pérouse ; il s'agissait d'une limonite argileuse concrétionnée en forme de boule ; elle passait pour assurer le cours de la grossesse et l'on considérait les petits cailloux que contenait cette pierre comme les filles de la pierre- mère. Enfin, point intéressant à noter, on la conservait dans un sachet que l'on pouvait facilement porter sur le ventre ou sur le flanc au moyen d'une cordelière.

 

 

article tiré de pierre et amulette d'accouchement



17/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres