spatika

spatika

Femmes sans voiles ni burquas

 

 

 

Que vous arriviez sur ce site volontairement ou par hasard.....

Soyez les bienvenus !

 

 

 

 

 

Lettre ouverte aux élus, avant mon deuxième procès


mardi 22 avril 2008, par Fanny Truchelut

 


Je m'appelle Fanny Truchelut, j'ai 55 ans. Je suis condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 8.500 € d'amende et dommages et intérêts pour avoir demandé à deux femmes voilées de le retirer dans les parties communes de mon gîte rural de groupe. J'ai fait appel de cette décision. Peut-être connaissez-vous mon histoire. (plus d'information, voir Fanny Truchelut sur google).
En demandant à Horia Démiati de retirer son voile (symbole religieux et d'oppression des femmes), je ne fais qu'appliquer mon droit à pouvoir critiquer une religion sans être mise " hors la loi " comme le dit le Président de la Licra (Licra qui s'était portée partie civile contre moi lors du premier procès) car c'est sur ce motif que j'ai été condamnée par le tribunal - discrimination religieuse. Les accusations de discrimination raciale et ethnique demandées par Horia Demiati, n'ont pas été prises en compte par le tribunal.
Si vous permettez à Horia Demiati de porter le voile au nom de sa liberté et d'être comme elle le dit : " française et musulmane, moderne et voilée ",…….Excusez moi si mes poils se hérissent, vous ouvrez grand la porte au port du voile en tous lieux et en toutes circonstances. Horia Demiati est une militante active pour le port du voile au travail et dans tous les espaces publics de notre pays.
Mais je ne suis pas issue d'une famille musulmane, intellectuelle de la grande bourgeoisie, c'est sans doute ce qui fait la différence en France. Si je demande à Horia Demiati de retirer son voile, je suis une modeste vosgienne qui, du fin fond de sa montagne ne peut-être que xénophobe d'extrême droite.
Je suis issue d'une famille chrétienne pratiquante, j'ai quatre enfants, non baptisés, dont l'aîné à 30 ans aujourd'hui. Et il y a 30 ans, annoncer à sa famille un refus de baptême et y arriver à force d'explications sur mes raisons, c'était une révolution.
En tant que femme, " entrée à l'usine (pas par choix) " à 14 ans, je suis attachée à l'égalité des droits, mais je n'oublie surtout pas, tout au long de ce siècle, les combats menés par nos aînées, aussi, je me souviens :
pour qu'une femme puisse adhérer à un syndicat sans l'autorisation de son mari, il a fallu une loi en 1920.
pour que les femmes puissent voter, il a fallu une loi en 1945 après que la Chambre des Députés se prononce pour la sixième fois.
qu'une femme puisse accéder à la contraception, il a fallu une loi en 1970.
pour qu'une femme puisse avorter, il a fallu une loi en 1975. Mais avant d'en arriver là, en 1923, l'avortement était un délit passible de la cour d'assises, il devient en 1942, un crime contre la sûreté de l'Etat puni de la peine de mort.
pour que les époux deviennent véritablement égaux au regard de la loi, il a fallu une loi en 1985.
pour obtenir la parité, il a fallu une loi en 2000.
pour lutter contre les mariages forcés, il a fallu une loi en 2006 pour porter l'âge du mariage à 18 ans au lieu de 15. En diffusant le voile, les islamistes portent atteinte au principe d'égalité des sexes, dont les premières victimes sont d'abord et toujours les femmes. Chaque femme qui porte le voile réduit sa liberté. En le portant de gré ou de force, elles disent " je suis musulmane, j'adhère à l'ordre islamique ". Et c'est, progressivement, quand le voile fera partie de notre paysage visuel, que l'on peut imaginer d'ici quelques décennies, voir des régions sous contrôle islamique. Ce sont nos petits-enfants qui connaîtront cela, je refuse d'y être complice.
Lorsque les traditions n'évoluent pas pour les femmes, c'est toute la Société qui n'évolue pas.
Mon procès en appel aura lieu prochainement. Je n'ai jamais dit que j'avais raison, je savais que la loi m'interdisait d'interdire (le port du voile n'étant interdit que dans les écoles). Mais le principe de la démocratie, c'est de pouvoir donner un avis, de pouvoir critiquer une loi, c'est à partir de ce principe qu'elles peuvent évoluer. Je ne peux pas imaginer être de nouveau condamnée après tout ce qui se passe dans ce pays, depuis le début de mon affaire. En août 2008, cela fera deux ans. Ce qui était vrai en 2004 (date de la loi) ne l'est plus. Dans certains endroits la burqa fait déjà partie du paysage visuel. Le terme même - voile - qui apparaît dans la loi, n'est plus approprié aujourd'hui.
A travers mon histoire et mon procès, je suis la messagère d'un grand nombre de femmes et d'hommes de ce pays. Aussi, je vous demande de me faire part de votre sentiment, de me soutenir pour que je sois relaxée.

 


Fanny Truchelut

http://www.a-voix-haute.net/

 

 



21/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres