spatika

spatika

Du mauvais sens des mots!!!!

  

 

       De l'incomprehension de nos accademiciens et de nos elites a laissés les pseudos journalistes employaient un terme impropre pour parler d'une situation grave sur les enfants. Peut être pour diffamer l'oeuvre d'une de nos plus grande philosophe (femme!) Elisabeth Badinter.  

 

 

         Certains Hommes ne doivent pas appreciés qu'une femme puisse penser, et pas comme eux!!!!!!!!!!!!!!!

 

<<<   En tant que traducteur professionnel, je voudrais confirmer que le terme "pédophile" est particulièrement mal adapté et n'a été forgé que pour tenter de décharger les "pédérastes" de la connotation de perversion par agression sexuelle d'enfants. Il convient en effet de rappeler qu'étymologiquement, les termes "pédéraste" et "pédophile" ont en commun la racine "pédo", qui désigne l'enfant ("païdos" en grec). Les terminaisons "-raste" et "-phile" signifient toutes deux un sentiment d'attirance, mais avec une énorme différence de sens, qui n'a pas été respectée dans le langage courant.

         "Phileïn" implique un amour non sexuel comme dans "francophile = qui aime la France", "Théophile = qui aime Dieu" ou "hydrophile = qui aime l'eau" (la terminaison contraire étant "phobe"). "Pédophile" veut donc dire "qui aime les enfants" de la manière dont chaque personne équilibrée aime les enfants, c'est-à-dire avec un sentiment d'affection et de tendresse. Toutes les personnes normales qui ont de la tendresse pour les enfants peuvent donc être qualifiées de "pédophiles" au sens propre.

          En revanche, la terminaison "-raste" vient du grec "erastes = amoureux sexuel, ressentant un désir érotique" et du verbe "erao" qui implique un désir sexuel tout à fait différent du précédent. Le terme "pédéraste" signifie donc, étymologiquement, "celui qui désire érotiquement les enfants".

          Cette distinction linguistique est  importante dans la mesure où les faits de pédérastie (fautivement "pédophilie") qui sont couramment rapportés sont toujours commis par des pervers qui ne font aucune distinction entre filles et garçons et dont les tendances érotiques homosexuelles sont évidentes. En résumé, l'on peut dire que tous les homosexuels ne sont pas pédérastes ("pédophiles") mais que tous les pédérastes sont homosexuels (ce qui explique le sens large du terme "pédé" dans le langage actuel). C'est pourquoi les solutions de reproduction artificielle comme le clonage et l'adoption d'enfants, revendiquées à grands cris par cette population déviante de la norme de reproduction naturelle me paraissent dangereuses pour les enfants qui tomberont dans ses mains. >>>

Denis et Paule Bloud-Reymond

Genève

 

       << Le lien érotique entre la mère et l'enfant ne se limite pas aux satisfactions orales. C'est elle, qui, par ses soins, éveille toute la sensualité, l'initie au plaisir, et lui apprend à aimer son corps. La bonne mère est naturellement incestueuse et pédophile.>>  

 

 Élisabeth Badinter, dans son livre: "X Y de l'identité masculine".

 



04/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres